Journée Nationale de la Qualité de l’Air 2019

Ce mercredi 18 septembre était l’occasion pour les différents acteurs environnementaux de revenir sur la problématique de la qualité de l’air

Elisabeth Borne a profité de la journée nationale de la qualité de l’air pour annoncer une amélioration de l’indice marqueur de la qualité de l’air atmosphérique. En effet, celui ci ne prenait pas du tout en compte les particules fines (PM2.5) qui sont à présent mesurées par la plupart des organismes ou sociétés chargés de vérifier la qualité de l’air.

Ceci est une bonne chose parce que les particules les plus fines sont aussi les plus nocives, puisque pouvant franchement plus facilement, en raison de la petitesse, les différentes barrières du système respiratoire. Toutefois, nous pouvons noter qu’alors que nous passons la majeur partie de notre temps à l’intérieur, il est relativement peu fait cas de la qualité de l’air intérieur. L’air intérieur, pourtant, a des conséquences a priori plus importante que l’air extérieur, dans la mesure où il est plus pollué et que nous passons la majorité de notre temps à l’intérieur, qu’il s’agisse de nos lieux de vie, de travail ou les transports.

Par ailleurs, s’il est en effet illusoire d’espérer nettoyer l’air atmosphérique sinon en s’attaquant aux sources de pollution telles que, principalement, le transport, l’industrie ou le chauffage, la mise en place de moyens de dépollution à l’intérieur est importante. D’une parce que l’atmosphère est polluée et est injectée dans l’espace intérieur. De deux parce que nos intérieurs ont leurs propres sources de pollution. Parmi ces sources, on peut citer les produits de nettoyage, le mobilier, les peintures. L’ADEME répète à tue tête qu’il faut aérer, mais quel peut être le bénéfice d’une aération dans une ville polluée ?

Par ailleurs, il n’est que trop rarement fait état de la pollution microbiologique dans les espaces clos que constituent nos écoles, nos crèches, nos maisons de retraites, nos bureaux. Ces espaces sont des lieux de concentration des polluants biologique que nous disséminons à chacun de nos mouvements, à chacune de nos respirations.