Covid-19 : Pourquoi les capteurs de CO₂ ont fini par s’imposer ?

Depuis la rentrée, les capteurs CO₂ ont été installés dans les établissements scolaires afin de mesurer la qualité de l’air et d’adapter la ventilation des locaux pour mieux lutter contre la propagation du Covid-19.

En effet, le virus du SARS-CoV-2 est transmis principalement par voies aéroportées via des microgouttelettes qui restent en suspension dans l’air pendant une longue période. Il est donc recommandé d’ouvrir régulièrement les fenêtre, de bien vérifier le fonctionnement de la ventilation et d’assurer son entretien régulièrement.

Mais comment inspecter le niveau d’aération d’une pièce ?

Les capteurs CO₂ permettent de mesurer la concentration en dioxyde de carbone dans l’air afin de déterminer si l’air d’un espace clos est correctement renouvelé et en indiquant précisément quand et combien de temps il est nécessaire d’aérer.

En plus d’assurer une sécurité, ils contribuent à réaliser des économies d’énergie au niveau du chauffage et des installations de ventilation afin de n’acheminer que la quantité d’air frais réellement nécessaire. Elle permet également une meilleure gestion du débit des ventilateurs utilisés et de réduire la consommation en électricité.

Ces appareils étaient déjà présents avant la pandémie de Covid-19 dans les établissements recevant du public (ERP) avec un seuil de 800 ppm à ne pas dépasser, d’après les recommandations du Haut Conseil de la Santé Public  (HCSP).

Le Challenge AIRLAB Microcapteurs

Face à la demande croissante d’une évaluation des performances des dispositifs basés sur des microcapteurs pour les applications de mesure de la qualité de l’air, Airparif a organisé un évènement mettant en avant les qualités de ces appareils et permettant un état des lieux des innovations existantes : le Challenge AIRLAB Microcapteurs.

Cet évènement permet l’évaluation des performances des dispositifs basés sur des microcapteurs pour les applications de mesure de la qualité de l’air et prend en compte différents critères tels que : l’utilité, la facilité d’utilisation, la portabilité et le coût des appareils considérés.

Les résultats du Challenge ont montré une progression globale des performances de ces outils de mesure et avec une distinction particulière pour ce qui est de la qualité de l’air intérieur.

Comment compléter l’utilisation de capteurs CO₂ ?

Les capteurs CO₂ permettent d’évaluer si le renouvellement de l’air est adapté au taux d’occupation de la pièce. En revanche, ils ne permettent pas l’élimination complète des polluants chimiques et microbiologiques.

Afin de recevoir du public en toute sécurité dans les ERP, la société française Mercate vous accompagne de façon personnalisée, grâce à l’installation du purificateur d’air intérieur evO₂ qui est un complément efficace au protocole sanitaire mis en place ainsi qu’à l’installation de capteurs CO₂.

Efficace autant sur la pollution chimique que sur la pollution liée aux microorganismes comme le virus du SARS-CoV-2, evO₂ est simple d’utilisation, mobile et sans émission de sous-produits dangereux ou d’odeurs.

Il peut être utilisé en présence des utilisateurs, et apportera une zone d’air pur et propre en aspirant un grand volume d’air pollué afin d’éliminer 100% des polluants chimiques et jusqu’à 99,995 % des polluants microbiologiques.