Qualité de l’air : les limitations de la mesure

La mesure de la qualité de l’air atmosphérique, dans le but de conduire des opérations visant à améliorer l’air ambiant, est une activité complexe. Dans un article intitulé Air quality sensors ‘paint a misleading picture’ and lead to poor policy decisions, Sophie Power, de Airlab (UK), indique que 300 stations au Royaume Uni sont le juge de paix de la qualité de l’air de l’ensemble d’un pays. Pourtant, comme elle le souligne, personne ne vit à proximité de ces stations et les pollutions de l’air pouvant affecter la santé des personnes sont en général locales, parfois limitées dans le temps.
La mesure de la qualité de l’air est un sujet très complexe, puisqu’il faut donc tenir compte :

  • de la spatialité de la pollution
  • de la temporalité de la pollution

Et à ceci s’ajoute les difficultés propres à la mesure elle même :

  • type de pollution à mesurer
  • durée nécessaire d’échantillonnage

En effet, comment mesurer une pollution locale qui se produit à un instant t en utilisant un appareil de mesure situé au mauvais endroit et qui va nécessiter une durée d’échantillonnage très longue ? La qualité de l’air, extérieure comme intérieur, doit faire l’objet de mesures de prévention. Il n’est pas possible, compte tenu de l’état de la technologie actuelle, de mesurer partout et à tout moment les zones les plus critiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *